“Roger Jacob rêvait que l’art descende dans la rue, occupe les usines, les bâtiments publics.”

graph

Plus de quarante ans après sa création, nous avons le souhait de voir restaurée et réimplantée dans un site qui lui serait plus favorable, l’une des œuvres d’envergure de Roger Jacob réalisée en 1972.

L’œuvre de Roger Jacob a été conçue pour l’entrée de la nouvelle usine à zinc que Prayon implanta à Ehein (Engis). Composée d’acier Cor-Ten (6m x 5,5m x 8m), elle est fortement endommagée par les aléas du temps. Les conditions de mise en œuvre adéquates de cet acier n’étaient malheureusement pas encore connues lors de sa réalisation en 1972. Située sur un site qui a été victime de retombées acides, les tôles d’acier trop minces sont parsemées de perforations, ce qui nécessite une profonde réfection. Aujourd’hui, l’œuvre rénovée mériterait de pouvoir être exposée dans le paysage urbain.

La ville de Liège, qui mène une politique culturelle sensible à l’art urbain, souhaite implanter ce monument sur son territoire. Elle étudie les conditions d’aménagement les plus propices. La direction de la Société de Prayon contribue à ce projet en faisant don de l’œuvre à la ville. Quant à la fondation, elle prendra en charge la restauration. Ce projet correspond au désir de Roger Jacob d’inclure l’art à la vie de la cité.

Une des grandes préoccupations de Roger Jacob était l’intégration de l’art dans l’espace public. L’utilisation de l’acier cor-ten lui a permis d’envisager la réalisation d’œuvres de grand format.

Sans titre, acier corten, 6mx 5,5m x 8m, 7 tonnes, 1972, Engis
Sans titre, acier corten, 6mx 5,5m x 8m, 7 tonnes, 1972, Engis
Pour aider à la réimplantation de cette œuvre, la Fondation Les Amis de Roger Jacob fait appel à votre participation. Ce projet ne sera rendu possible que grâce à votre précieux soutien et au mécénat de nos partenaires.

 

@